vendredi 18 mai 2012

Alain Juppé

Alain Juppé (1995)
   Observez ce visage fin, aigu, austère, caractéristique d'une personnalité construite sur une vigilance et une maîtrise sourcilleuse . Un visage qui s'est allongé et creusé par les privations et les exercices ascétiques pour se composer un carapace sans faille. Par contre, le profil aérodynamique montre l'homme à l'action infatigable, au besoin d'explorer le nouveau et le futur, de progresser sans cesse. Il y a une combativité implacable et mécanique dans le profil et le carré de la mâchoire, qui n'est humanisée par aucune douceur moelleuse que l'on trouve chez les honnnes qui ont plus de souplesse et de capacité de compromis. Le compromis chez lui ne peut être que celui d'un jeu intellectuel, d’une stratégie à déroulement complexe. C'est une horlogerie intellectuelle basée sur une observation pré-programmée par ses critères de formation, une logique ordonnancée de façon implacable et un imaginaire tourné vers une prospective complexe. Ce qui lui manque : de la solidité et du bon sens paysan, de l'écoute et de la douceur et surtout un meilleur "feeling" des hommes et des situations.
   Le niveau des sentiments est particulièrement réservé et pudique, cette partie s'est construite dans le manque et il restera éternellement méfiant, figé ou mal à l'aise quand on l'entraîne dans ce domaine. Réagissant par une distance orgueilleuse quand il est blessé. L'affection, c'est faire des choses ensemble. Il aime convaincre, entraîner, séduire mais par son intelligence et ses accomplissements. L'être humain, pour lui, n'a de valeur que par la perfection de sa production.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire